Skip to content
S'informer
composants du système de ventilation mécanique contrôlée VMC bilan énergétique consommation énergie

La consommation électrique des VMC : Tout ce que vous devez savoir

Lecture : 5 min 30
Difficulté

0

Vous vous inquiétez de la consommation électrique de votre VMC et de son impact sur votre facture ?

Ce dispositif bien qu’invisible et souvent imperceptible a pourtant de l’importance, notamment pour la qualité de l’air et le confort intérieur. Donc, on est en droit de se demander si sa consommation électrique est vraiment anodine ou si elle est à la hauteur de son utilité…

Que vous cherchiez à installer une VMC ou à améliorer l’efficacité de votre système actuel, nous vous donnons les clés pour prendre des décisions éclairées. Suivez le guide, on vous explique tout.

Les différents types de VMC et leur consommation électrique

Il existe plusieurs types de VMC, chacun offrant son lot d’options ou de particularités techniques qui auront forcément un impact sur leur consommation respective.

VMC simple flux

La VMC simple flux extrait l’air vicié des pièces humides (cuisine, salle de bains) et insuffle de l’air neuf dans les pièces principales.

Ce système est moins coûteux à l’achat mais peut entraîner des pertes de chaleur. Sa consommation varie généralement entre 30 et 50 watts, soit environ 438 kWh par an si utilisée en continu.

Kit VMC autoréglable - simple flux - Autocosy iH Flex

ATLANTIC

Voir le produit

VMC hygroréglable

La VMC hygroréglable ajuste le débit d’air en fonction de l’humidité, elle optimise la ventilation en fonction des besoins réels. Cela réduit la consommation énergétique par rapport aux modèles autoréglables.

VMC simple flux - hygroréglable - Hygrocosy standard ou Hygrocosy BBC

ATLANTIC

Voir le produit

VMC double flux

La VMC double flux récupère la chaleur de l’air vicié extrait pour préchauffer l’air neuf entrant, réduisant ainsi les besoins de chauffage.

Bien que plus chère à l’achat, elle permet des économies significatives à long terme. La consommation varie entre 21 et 68 watts, avec des économies de chauffage pouvant atteindre 15 %.

VMC double flux - Primocosy HR

ATLANTIC

Voir le produit

VMC thermodynamique

La VMC thermodynamique combine les avantages de la VMC double flux avec une pompe à chaleur pour une efficacité énergétique accrue. Elle permet des économies de chauffage allant jusqu’à 25 %.

Comparaison des VMC à simple flux et à double flux

Les VMC simple flux et double flux ont des caractéristiques distinctes :

  • VMC simple flux : Moins coûteux à l’achat, mais peut entraîner des pertes de chaleur et une consommation d’énergie plus élevée.
  • VMC double flux : Plus efficace pour récupérer la chaleur de l’air extrait, réduisant ainsi les coûts de chauffage et améliorant le confort thermique.

Consommation électrique moyenne des VMC : chiffres et analyses

Voici un tableau de la consommation des VMC selon le type et les conditions d’utilisation :

Type de VMC Consommation (Watts) Consommation annuelle (kWh) Économies de chauffage (%)
Simple flux autoréglable 40 – 100 350 – 876 0
Simple flux hygroréglable 30 – 50 263 – 438 0
Double flux classique 21 – 68 184 – 596 Jusqu’à 15 %
Double flux modulable 15 – 50 131 – 438 Jusqu’à 20 %
Double flux thermodynamique 50 – 100 438 – 876 Jusqu’à 25 %

Facteurs qui modifient la consommation électrique d'une VMC

Plusieurs facteurs influencent la consommation énergétique d’une VMC :

  • Superficie du logement : Plus la surface à ventiler est grande, plus la consommation d’énergie sera élevée.
  • Qualité de l’isolation : Une bonne isolation réduit les besoins en ventilation et en chauffage.
  • Température ambiante : Des températures extrêmes augmentent les besoins en chauffage ou en refroidissement.
  • Nombre de pièces à ventiler : Plus il y a de pièces, plus la VMC doit travailler.
  • Fréquence du renouvellement de l’air : Une fréquence élevée de renouvellement de l’air augmente la consommation énergétique.

Puissance électrique requise pour optimiser le fonctionnement d'une VMC

Pour optimiser le fonctionnement de votre VMC, il est essentiel de choisir une puissance adaptée à la taille et aux besoins de votre logement. Voici quelques recommandations pour différentes tailles d’habitation :

  • Petits appartements (jusqu’à 50 m²) : Une VMC avec une puissance de 30 à 40 watts est généralement suffisante.
  • Logements moyens (50 à 100 m²) : Une VMC de 40 à 60 watts est recommandée.
  • Grandes maisons (plus de 100 m²) : Une VMC avec une puissance de 60 à 100 watts, voire plus, peut être nécessaire.

Quel disjoncteur installer pour une VMC ?

Avant de vous lancer dans l'installation d'une VMC, découvrez nos conseils sur les disjoncteurs à choisir.

En savoir plus

Conseils pour optimiser la puissance de votre VMC

  1. solation thermique : Améliorez l’isolation de votre logement pour réduire les besoins en ventilation et en chauffage.
  2. Choix d’une VMC adaptée : Sélectionnez une VMC en fonction de la taille et de la configuration de votre habitation.
  3. Utilisation de régulateurs de débit : Les régulateurs de débit permettent d’ajuster la ventilation en fonction des besoins réels, optimisant ainsi la consommation énergétique.

À savoir :

Comme nous l’avons évoqué dans notre article sur l’impact de la RE2020 sur les VMC, vous pouvez réaliser une étude VMC qui vous permettra de connaître précisément vos besoins. N’hésitez pas à vous orienter vers un professionnel du secteur pour obtenir plus d’informations.

Comment réduire les coûts énergétiques de votre VMC ?

Optez pour des VMC hygroréglables ou double flux pour maximiser les économies d’énergie. Les kits VMC peuvent inclure des conduits PEHD et des accessoires VMC pour une installation facile et efficace. Voici quelques points à considérer lors de la sélection :

  • Efficacité énergétique : Choisissez une VMC avec une bonne note d’efficacité énergétique (les fabricants indiquent systématiquement une consommation moyenne pour une utilisation standard).
  • Fonctionnalités : Certaines VMC permettent le contrôle de l’humidité et de la qualité de l’air.

Ne négligez pas la ventilation naturelle

Utilisez la ventilation naturelle en complément de votre VMC pour réduire la consommation électrique. Ouvrir les fenêtres pendant les périodes de temps modéré peut réduire la nécessité de faire fonctionner la VMC en continu.

Boucher l’aération des fenêtres : bonne ou mauvaise idée ?

Boucher les aérations : un choix judicieux ? Face à des idées reçues sur la qualité de l’air intérieur, nombreux sont tentés de bloquer leurs grilles d’aération. Découvrez pourquoi c’est une fausse bonne idée et les solutions pour un air sain chez vous.

En savoir plus

Utilisez des contrôleurs de temps pour la gestion énergétique

Les contrôleurs de temps permettent de programmer les heures de fonctionnement à pleine puissance de votre VMC, parfait pour éliminer la consommation inutile.

Certain appareil son même programmables. Vous pouvez par exemple programmer la VMC pour qu’elle fonctionne à pleine puissance pendant les heures de pointe et à une puissance réduite pendant la nuit ou lorsque la maison est inoccupée.

L'entretien, la clé de l'efficacité et de la longévité de votre système de ventilation

Effectuer une maintenance régulière de votre VMC est crucial pour garantir son efficacité et prolonger sa durée de vie. Outre le risque d’incendie, un moteur encrassé devra forcer pour délivrer la même aspiration et donc consommer plus. Voici quelques conseils pour entretenir correctement votre système :

  1. Nettoyage des bouches d’extraction et d’insufflation : Les bouches de ventilation doivent être nettoyées tous les trois à six mois pour éviter l’accumulation de poussière et de saletés, ce qui peut obstruer le flux d’air et augmenter la consommation énergétique.
  2. Remplacement des filtres : Si votre modèle de VMC est équipé de filtres, ils doivent être changés au moins une fois par an. Pour les VMC double flux, il est recommandé de vérifier les filtres tous les six mois et de les remplacer si nécessaire. Les appareils les plus connectés vous avertissent quand les filtres sont en fin de vie.
  3. Vérification des conduits : Inspectez les conduits de ventilation pour vous assurer qu’ils ne sont pas obstrués ou endommagés. Un conduit bouché ou percé peut réduire l’efficacité de votre VMC et augmenter la consommation d’énergie. Par exemple, si l’installation n’a pas été réalisée dans les règles de l’art (gaine pliée ou non tendue), il peut y avoir une accumulation d’humidité à cet endroit et obstruer la ventilation.
  4. Contrôle du caisson : Les ventilateurs situés dans le caisson de VMC doivent être vérifiés pour s’assurer qu’ils fonctionnent correctement et qu’ils ne sont pas encrassés. Un ventilateur encrassé peut entraîner une surconsommation d’énergie. N’oubliez pas que la VMC va aussi aspirer la poussière ambiante de votre habitation, donc un dépoussiérage une fois par an n’est pas du luxe.
  5. Inspection de l’échangeur de chaleur : Pour les VMC double flux, l’échangeur de chaleur doit être nettoyé une fois par an pour garantir une récupération optimale de la chaleur.
  6. Équilibrage du système : Assurez-vous que le système est correctement équilibré pour éviter les surpressions ou les dépressions qui peuvent affecter la performance de la VMC. Un professionnel peut vérifier et ajuster l’équilibrage si nécessaire.

Comment entretenir une VMC ?

L’entretien d’une VMC est essentiel pour que votre maison reste saine et confortable. Nous vous expliquons donc tout de la fréquence à laquelle vous devez nettoyer les différentes parties de votre VMC, ainsi que la manière dont vous devrez vous y prendre. Suivez le guide !

En savoir plus

Conseils supplémentaires pour une maintenance optimale

  • Surveillance de l’humidité : Utilisez des hygromètres pour surveiller le niveau d’humidité à l’intérieur de votre maison. Un taux d’humidité trop élevé peut indiquer que votre VMC ne fonctionne pas correctement.
  • Vérification des systèmes de commande : Assurez-vous que les systèmes de commande et les capteurs fonctionnent de manière optimale. Des capteurs défectueux peuvent entraîner une surconsommation d’énergie.
  • Inspection des sorties d’air extérieur : Vérifiez régulièrement que les sorties d’air extérieur ne sont pas obstruées par des feuilles, des débris ou de la neige.
  • Expertise : Faites appel à un professionnel pour un entretien complet de votre VMC tous les deux ans. Un expert pourra détecter des problèmes potentiels et effectuer les réglages nécessaires.

Vous savez tout de la consommation de la VMC

Choisir et entretenir correctement votre système de VMC est essentiel pour optimiser la qualité de l’air intérieur et réduire la consommation énergétique. En investissant dans un système adapté à vos besoins et en effectuant une maintenance régulière, vous pouvez réaliser des économies significatives tout en assurant un environnement sain et confortable dans votre logement.

N’oubliez pas de comparer les différentes options et de consulter des professionnels pour obtenir des conseils personnalisés. Une VMC bien choisie et bien entretenue est un investissement rentable à long terme.

En suivant ces conseils, vous pourrez améliorer l’efficacité de votre VMC et contribuer à une meilleure gestion énergétique de votre domicile.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles du moment

Nos univers