Skip to content
S'informer
ouvrier de chantier porte un casque de sécurité EPI

Norme EN 397 - Une tête bien protégée sur les chantiers

Lecture : 2 min
Difficulté

0

Bien plus qu’un simple équipement obligatoire (ou non) parmi d’autres, le casque protège une partie du corps aussi précieuse que fragile.

Afin de parer aux chutes d’objets et aux impacts violents, beaucoup de métiers inscrivent le casque de chantier sur la liste de leurs EPI. Conçue pour encadrer les critères de performance indispensables, la norme EN 397 garantit des objectifs de résistance, de stabilité et de sécurité.

Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur la réglementation des casques de protection pour l’industrie, établie par l’Afnor.

Pourquoi porter un casque de chantier ?

En sport comme au travail, protéger la tête constitue une mesure fondamentale de sécurité. Nul n’est à l’abri d’une chute de plain pied ou de hauteur, d’une chute d’objet ou d’un heurt.

Pourtant, le port du casque constitue souvent une contrainte sur le lieu de travail. Voici les trois principales raisons de recouvrir son crâne avec un équipement de protection individuelle.

1 - Préserver sa vie

Rappelons tout d’abord que la boîte crânienne abrite le cerveau, principal organe du système nerveux. Un coup sur la tête n’est jamais anodin. Il peut entraîner de graves conséquences, voire conduire au décès.

2 - Prévenir les traumatismes crâniens

Même légers, les traumatismes crâniens sont susceptibles de causer des lésions cérébrales. Protéger sa tête avec un casque approprié diminue significativement le risque de commotion (déplacement du cerveau à l’intérieur du crâne), d’œdème ou de fracture.

3 - Réduire les risques d’invalidité

Enfin, n’oublions pas que les blessures à la tête peuvent aussi provoquer des invalidités permanentes, affectant la mobilité, la cognition, et les fonctions essentielles des organes sensoriels. Seule une protection adéquate limite ces risques et contribue à préserver la santé.

Les critères de la norme EN 397

La norme NF EN 397+A1 précise les caractéristiques de base des casques de protection utilisés dans l’industrie. Ces exigences regroupent :

  • l’absorption des chocs jusqu’à 5 kN ;
  • la résistance à la pénétration d’objets pointus ;
  • l’inflammabilité ;
  • les exigences relatives aux matériaux constitutifs et aux points d’ancrage de la jugulaire ;
  • le marquage CE : numéro de la norme européenne, nom du fabricant, date de fabrication, taille ou dimension (en cm), indiquée aussi bien sur le casque que sur la jugulaire, abréviation du matériau de la coque.

La norme EN 397 peut également inclure des critères optionnels, en fonction des besoins spécifiques de l’utilisateur ou de l’environnement de travail. Selon les cas, le fabricant fait valoir une résistance :

  • aux températures extrêmes (de – 30 °C à 150 °C ) ;
  • à l’électricité ;
  • au métal en fusion ;
  • à la déformation latérale.

Les éléments constitutifs d’un casque de chantier

Plusieurs éléments contribuent à faire du casque une protection adaptée :

  • la coque, également appelée calotte, partie extérieure du casque, est généralement fabriquée en matériau léger et résistant comme le polyéthylène haute densité (PEHD), l’ABS, ou la fibre de verre ;
  • le harnais (coiffe, serre-nuque et tour de tête) maintient la calotte en place, à une distance appropriée de la tête, créant un espace d’absorption des chocs en cas de coup ;
  • la jugulaire, une sangle ajustable située sous le menton, qui permet de fixer le casque de manière sécurisée sur la tête du porteur.

Recommandations

Les casques de sécurité possèdent une date de fabrication, qui définit la date d’obsolescence selon le matériau utilisé. Néanmoins, un entretien régulier influence leur durée de vie.

  • Nettoyage : essuyez régulièrement la coque extérieure avec un chiffon humide pour enlever la saleté, la poussière et les débris.
  • Stockage : entreposez les casques dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière directe du soleil. En effet, des conditions extrêmes de température pourraient compromettre leurs propriétés.

Le port d’un casque de chantier constitue une mesure préventive essentielle. Il sert à protéger la vie et la santé des travailleurs dans des environnements professionnels variés. C’est pourquoi la norme EN 397, en sécurisant le cadre de travail, joue un rôle clé dans l’équipement de protection individuelle.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles du moment