Skip to content
Choisir
récupérateur d'eau de pluie

Comment choisir un récupérateur d'eau de pluie ?

Lecture : 6 min 30
Difficulté

0

Installer une cuve dans son jardin pour récupérer l’eau de pluie venue du toit, voilà une bonne idée !

Les récupérateurs d’eau sont un moyen simple de mêler économies et écologie. Ils permettent de drainer et de stocker les précipitations du toit de votre maison, laissant à disposition une bonne réserve d’eau (arrosage ou sanitaire). Sachant que sur les 200 litres d’eau moyens consommés quotidiennement par chaque français, une bonne moitié n’est pas à usage potable, on comprend vite à quel point l’installation d’un bon récupérateur peut changer la donne sur notre facture…

Cuve aérienne ou cuve enterrée, nous allons voir les différents types de récupérateurs d’eau de pluie et les possibilités d’installation chez vous.

Suivez le guide !

Quels usages peut-on faire de l'eau de pluie ?

Qu’ont en commun une chasse d’eau, le lavage de votre voiture, votre machine à laver (le linge) et l’arrosage de votre jardin potager ?

Chacune de ces tâches suppose l’utilisation d’eau qui n’a pas à être potable. Il s’agit d’une consommation liée à l’entretien et aux sanitaires. Pour chacun de ces postes de consommation d’eau à la maison, on va pouvoir se servir de l’eau de pluie.

Arrosage du jardin et des plantes

arrosage d'extérieur

Compte tenu du volume d’eau nécessaire à l’année pour entretenir un jardin (ornemental ou potager), la récupération d’eau de pluie permet d’en assurer l’arrosage sans faire augmenter votre facture.

Selon le type de plantes ou de végétaux cultivés, voici la consommation moyenne à l’année :

  • Pour le potager : 100 L/m²/an.
  • Pour l’entretien d’un jardin fleuri : entre 50 et 60 L/m²/an.
  • Pour arroser des plantes et des fleurs en pot : + de 1200 L/m²/an.

Selon votre jardin, multipliez simplement sa surface par ces consommations moyennes. Vous découvrirez le volume que vous allouez chaque année à l’arrosage chez vous.

Le lavage de votre véhicule et de vos extérieurs

nettoyage de véhicule

Là encore, inutile d’utiliser de l’eau potable pour faire briller vos jantes ! De l’eau de pluie convient parfaitement.

  • On considère qu’il est nécessaire d’utiliser environ 200 L pour chaque lavage de véhicule.

Multipliez ce chiffre par le nombre de fois où vous bichonnez votre auto et vous saurez immédiatement combien d’eau potable vous pouvez économiser grâce à un récupérateur.

L'usage à l'intérieur de la maison

tâches ménagères

Important : Si une partie du circuit d’eau de votre maison est alimentée par de l’eau de pluie que vous avez récupérée, les arrivées d’eau concernées doivent être signalées clairement (pancarte, panneau ou affiche « eau non potable »). De même, il ne peut y avoir dans la même pièce une arrivée d’eau de pluie et une arrivée d’eau potable.

Vous l’aurez compris, vous pouvez utiliser l’eau de pluie à l’intérieur, sous condition de respecter certaines règles.

Néanmoins, le recyclage de cette eau en intérieur peut vraiment vous faire faire de très grosses économies. Jugez plutôt :

  • Chasse d’eau : env 2500 L/occupant/an dans un logement.
  • Lave-linge : entre 60 et 120 L/lessive.

Multipliez ces chiffres par le nombre d’occupants de votre logement, ainsi que par le nombre de lessives que vous faites à l’année. Ce sont plusieurs milliers de litres d’eau potable que vous pourrez économiser chaque année.

À savoir

l’utilisation d’eau de récupération en intérieur doit faire l’objet d’une déclaration en mairie. Vous rejetterez des eaux usées dans le circuit d’assainissement, sans que ces dernières n’aient été comptées en amont. Pensez à vous acquitter de cette déclaration officielle, car en cas de contrôle, sans déclaration, votre installation peut être condamnée.

Combien d'eau par an pouvez-vous récupérer ?

Tout va dépendre de trois points :

  • La superficie de votre toiture.
  • Le type et l’inclinaison de votre toiture.
  • Les précipitations enregistrées dans votre région de résidence.

Vous comprendrez facilement que l’on récupère plus d’eau/m² à Brest qu’à Perpignan… La pluviométrie conditionne évidemment beaucoup de choses.

Attention, il ne suffit pas de multiplier la surface de votre toiture par les précipitations mensuelles moyennes pour savoir quel volume récupérer. Il faut appliquer un coefficient de perte. Entre la configuration du toit (pente, matériau, état, etc.) et l’état des gouttières, on ne peut pas récupérer toute l’eau de pluie. Ce coefficient de perte est compris entre 0.6 et 0.9.

Voici la formule du calcul : précipitations en mm/an x coefficient de perte x surface de la toiture

En appliquant cette formule, vous saurez combien d’eau vous pouvez potentiellement récupérer à l’année chez vous.

Les différents types de récupérateurs d’eau de pluie

Il existe différents types de récupérateurs, tous pensés pour répondre à des besoins et des contraintes particulières. En voici les principaux modèles.

Le récupérateur d’eau de pluie aérien :

récupérateur de pluie aérien

C’est le type de collecteur d’eau le plus fréquent. Il s’agit d’une cuve hors sol, généralement adossée à la maison et directement branchée sur la gouttière.

  • L’eau est filtrée avant d’être récupérée dans le réservoir (filtre sur le raccordement).
  • Ce type de récupérateur est équipé d’un robinet en bas.
  • On recommande de surélever la cuve à l’installation.

En hiver, l’eau à l’intérieur du réservoir peut geler et fissurer la structure. C’est pourquoi il est important de choisir un modèle résistant au gel. Les réservoirs hors sol résistants au gel sont fabriqués dans des matériaux qui peuvent se dilater sans se fissurer, comme le polyéthylène ou le PVC. Ils sont également souvent équipés d’une enveloppe isolante pour empêcher l’eau de geler.

Ces produits permettent de stocker entre 200 et 2000 litres d’eau environ. Il s’agit des modèles les plus simples à installer et les moins contraignants en termes d’entretien.

Cuve enterrée de récupération d’eau de pluie

cuve enterrée de récupération d'eau de pluie

Grâce à ce type de cuve, vous allez pouvoir stocker beaucoup d’eau. Leurs volumes varient entre 1500 et 20000 litres de capacité de stockage.

  • Le matériau de construction peut varier : béton, acier, polyéthylène.
  • Des travaux sont nécessaires : il faut enterrer la cuve, tout en s’assurant d’une bonne collecte (raccordement à la gouttière).
  • On dispose d’un grand volume d’eau, permettant une utilisation à l’intérieur de la maison.

Selon la nature du sol de votre terrain, des mesures devront être prises pour s’assurer de la stabilité de l’installation une fois plein. Il peut être utile de couler une dalle ou de bien préparer le fond du trou pour ne pas subir de déconvenues au fil du temps.

À noter :

Il est recommandé de confier ces travaux d’installation à un professionnel qui garantira un parfait fonctionnement de votre système de collecte d’eau.

pompe de relevage

Ces cuves demandent l’installation d’une pompe de relevage. Cette dernière doit être immergée dans la cuve. Il faut donc également prévoir l’installation d’une arrivée d’alimentation électrique que l’on dédiera à cette pompe.

Ce type de récupérateur d’eau de pluie suppose d’avoir une surface de terrain conséquente, ne serait-ce que pour installer la cuve sous terre. Par ailleurs, grâce à ce type d’installation, vous pouvez faire d’énormes économies d’eau à l’année, surtout si vous possédez un grand jardin.

La citerne souple : le récupérateur XXL

citerne souple de récupération d'eau de pluie

Un récupérateur d’eau de pluie n’est pas tenu d’être une cuve rigide. Il peut s’agir d’un grand réservoir souple (comme un coussin géant).

Ce type d’installation est à privilégier pour pallier de gros besoins en eau ou pour assurer une réserve suffisante en cas d’intervention des pompiers (incendie). Elle doit être installée sur une dalle de béton (suffisamment épaisse et résistante), hors sol.

Les particuliers ne choisissent que rarement ce type d’installation :

  • Ce type de réservoir est très encombrant.
  • Il ne s’agit pas d’une façon esthétique ni élégante de stocker l’eau de pluie récupérée.

Cette solution est préférée dans le cadre de locaux professionnels ou pour des résidences collectives.

Comment assurer l'entretien d'un récupérateur d'eau de pluie ?

entretien récupérateur d'eau citerne

Même si un filtre est installé, des débris végétaux et des dépôts finissent forcément dans la cuve du récupérateur. Il est donc important d’assurer un entretien annuel (à minima) pour profiter d’une eau de bonne qualité.

  • Videz votre cuve au moins une fois par an.
  • Profitez du fait qu’elle soit vide pour la laver à l’aide d’un nettoyeur haute pression.
  • Préservez la qualité de l’eau en désinfectant la cuve vide et propre (quelques gouttes d’eau de Javel au fond).
  • Assurez-vous également que le filtre est bien en place et en bon état.

Notez que les récupérateurs aériens sont ceux dont l’intérieur est plus sujet au développement d’algues. Ils sont exposés à de violentes variations de température, ce qui entraîne la prolifération d’algues du fait de certains petits débris végétaux.

Un bon nettoyage par an vous garantira une eau de qualité.

Ce qu'il vous faut retenir pour choisir votre récupérateur d'eau de pluie :

  • Choisissez un modèle dont la capacité de stockage correspond à vos besoins.
  • Assurez-vous de l’état de l’eau à l’intérieur (1 nettoyage complet par an minimum).
  • Installez correctement votre récupérateur. Respectez les consignes d’installation de façon à répondre aux attentes réglementaires.
  • Si vous raccordez votre maison à votre cuve, veillez à bien dissocier et signaler le circuit qui correspond au réseau d’eau potable et celui qui provient de votre récupérateur.

Choisissez le type d’équipement (aérien ou enterré), sa capacité de contenance et définissez dores et déjà un emplacement logique. Pour ce qui est du choix, après avoir défini les points précédents, vous saurez bien mieux vous orienter pour vous équiper correctement.

Bon achat et bonne installation à tous !

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles du moment

Vos besoins