Le lexique de la fenêtre : zoom sur la crémone

Le lexique de la crémone

Votre porte ou fenêtre ne ferme plus ? Cela vient peut-être de la crémone. Si la complexité de ce mécanisme de serrurerie désarçonne, pas besoin d’avoir fait la Sorbonne pour comprendre comment cela fonctionne. Voici donc les dénominations « championnes » pour maîtriser le vocabulaire de la crémone comme personne.

Boîtier de crémone

  • C’est la partie extérieure de la serrure crémone, en métal ou matière plastique. Il protège le mécanisme des éléments extérieurs et guide les crémaillères à l’intérieur du boîtier.

Crémaillère

  • La crémaillère est l’élément caractéristique d’une serrure crémone : elle transmet le mouvement d’ouverture ou de fermeture aux tringles. C’est une plaque métallique munie de dents, emboitée aux dents du pignon. On trouve 2 crémaillères par porte ou fenêtre : l’une est reliée à la tringle supérieure, l’autre à la tringle inférieure.

Crémone à larder

  • La crémone à larder est un mécanisme de serrurerie encastré dans le cadre de l’ouvrant, fenêtre comme porte-fenêtre. L’avantage d’une crémone à larder, c’est qu’elle est invisible.

Crémone en applique

  • Une crémone en applique se fixe directement sur la fenêtre ou la porte-fenêtre, habituellement sur la partie intérieure. Contrairement à la crémone à larder, elle reste visible.

Espagnolette

  • Une espagnolette est une variante de la crémone, elle utilise le même principe de fonctionnement. La différence réside dans le système de verrouillage : une poignée atypique et généralement esthétique est utilisée pour déverrouiller les battants. Pour les verrouiller, un système permet de maintenir la poignée en position fermée. On a l’habitude de retrouver ce mécanisme sur des volets de maison par exemple.

Gâche fixe

  • Les gâches de serrure sont les parties fixées sur la cadre de la porte. Elles reçoivent la tringle pour verrouiller les battants. Ce sont des pièces en métal importantes car elles évitent toute usure sur la cadre de porte, généralement engendrée par les mouvements répétés des tringles.

Crémone en applique Jardinier Massard

Crémone en applique

Crémone à larder Ferco

Crémone à larder

Espagnolette de volet Torbel

Espagnolette de volet

Gâche de crémone Ferco

Gâche de crémone

Pignon

  • Fixé à la poignée et situé à l’intérieur du boîtier, le pignon transmet le mouvement d’ouverture de la poignée de manœuvre grâce à des dents arrondies. C’est l’assemblage pignon/crémaillère qui transforme le mouvement de rotation en mouvement linéaire.

Poignée de manœuvre

  • On actionne et tourne la poignée de manœuvre pour ouvrir une porte ou une fenêtre depuis l’intérieur d’une maison. La poignée est directement reliée au pignon pour assurer le déverrouillage de la porte. En position fermée, le battant reste verrouillé.

Tige pivotante d’espagnolette

  • La tige pivotante d’espagnolette a la même fonction que les tringles : elle transmet le mouvement de la poignée jusqu’aux gâches. Ces dernières sont situées sur le cadre extérieur de la fenêtre ou de la porte pour verrouiller les battants.

Tringle

  • Une crémone dispose de 2 tringles, une supérieure et une inférieure. Celles-ci sont actionnées par la crémaillère et se déplacent verticalement sur le cadre de l’ouvrant grâce à des guides. Les 2 tringles bougent en même temps et s’engagent dans les gâches situées sur le cadre du dormant.

Lire aussi :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *