Sécurité au bord de la piscine : la fin du casse tête !

Les propriétaires de piscine et les constructeurs sont désormais tenus d’installer ou de faire installer un dispositif de sécurité autour du bassin. Les dispositifs de sécurité mis en place doivent être homologués par l’AFNOR, l’association française de normalisation. Celle ci à donc mis en place en mai 2004 la norme 90 306, qui concerne les barrières de protection et les moyens d’accès aux bassins et atteste de la fiabilité des différents systèmes existants.
Cependant, même s’il n’y avait pas de loi, on se doute que tous les parents possédant une piscine installeraient un système de protection, pour la sécurité de leurs enfants.

Retrouvez nos Serrures pour portillon de piscine

Parmi les dispositifs qui existent, on constate que plusieurs procédés peuvent être employés, dont trois principaux. Néanmoins, ils ont tous un point commun : il faut effectuer deux actions en simultané pour ouvrir le portillon, geste que sont incapables d’effectuer les jeunes enfants.

Le procédé que nous allons évoquer tout d’abord est le plus courant, plusieurs constructeurs ont opté pour cette technique ; celle du bouton de sécurité.
Il s’agit d’un bouton poussoir situé sur la poignée cylindrique. Pour ouvrir le portillon il faut pousser sur le bouton central et en même temps tourner la poignée. C’est le dispositif qu’a choisi le constructeur Proquinter.

Deuxième possibilité : la même poignée cylindrique, mais avec un système un peu différent ; pour ouvrir il faut tirer la poignée vers soi et dans le même temps et tourner la poignée pour déclencher l’ouverture du verrou et donc du portillon. Le constructeur Devismes à choisi ce dispositif.

Troisième procédé : celui du pêne dormant. Comme pour les autres systèmes il faut effectuer deux manœuvres en simultané : lever l’élément de manœuvre et dans le même temps abaisser la béquille tout en gardant l’élément de manœuvre en position haute. C’est le dispositif choisi par la marque Stremler.

Chaque système est différent, et chacun possède un fonctionnement qui lui est propre. Tel ou tel système plaira plus à certains utilisateurs, d’autres penseront que tel procédé est plus sûr…
On rappelle toutefois que les systèmes des produits décrits ici sont tous homologués AFNOR 90 306 et ne présentent aucun risques, à condition qu’ils soient installés convenablement.
A chacun, à chacune de trouver le système qui lui plaira le plus.

Bricozorement vôtre.